COGOLIN FORUM

Une tribune libre pour un débat d’idées et de propositions sur quel Cogolin désirons-nous demain - agenda 21 - développement durable - circulation - bio-diversité ...

Qui se cache derrière JANUS?


COGOLINFORUM et JANUS c'est lui !


Retrouvez les grands thèmes de réflexion sur le site...  http://cogolinforum.free.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Règlement de compte entre mensonge et vérité !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

janus


Admin


PINOCCHIO ne sait plus que faire pour descendre encore plus bas dans la « faux-culzerie ».

Cogolinois, Cogolinoises, il ose prétendre qu’il a entendu votre message du premier tour !
« J’ai entendu votre message, croyez-moi je peux encore et je vais m'améliorer »...s'est exclamé le gérant en sursis de Cogolin, dans la soirée du jeudi 27 mars 2014, lors de sa dernière réunion publique.

Pinocchio a parlé...

Comment ose-t-il affirmer qu’il a entendu le message et qu’il va en tenir compte lorsque déjà en 2008, la population lui avait lancé le même message important. Il est passé à l’arrache… Il n’est passé qu’avec n peu plus de 380 voix de plus. Merci les socialistes de lui avoir servi de marchepied.

Pinocchio nous jure qu'il a compris le message des électeurs. Au vu de son action malgré les avertissements lancés par la population lors des diverses élections, il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ! Un véritable « diesel », il comprend tout, mais il faut lui expliquer longtemps. Il prétend qu’il va s'améliorer et qu’il deviendra, il en conjure, bien meilleur plus tard ! 19 ans pour prendre conscience qu’il a entendu le message… Eh bè, s’il lui faut encore 18 ans pour comprendre le message et encore 18 ans pour enfin faire ce qu’il y a à faire pour le bien de Cogolin et le mieux vivre ensemble à Cogolin… Il faut croire qu’il est comme le bon vin. Il se bonifie avec le temps...sauf que l'amertume du début laisse un goût amer qui a une grande longueur en bouche.

HOMMAGE

Remerciements aux listes de José Maria et Ciarimboli....tiens tiens, Pinocchio excelle dans la « faux-culzerie » ! Il remercie les mêmes qu'il critiquait ouvertement il y a quelques jours. Serait-il aux abois pour avoir ce comportement ? Il leur propose même de les consulter sur les grands projets à venir, alors qu'il n'en a rien fait lors de sa réélection en 2008 avec les listes adverses qui lui avaient pourtant proposé un travail collaboratif… Cherchez l’erreur ! Il est devant, il fait le fier. Il est derrière, il fait l’aumône… !

Vous n’y croyez plus. Si si, il vous le dit, il va s'améliorer... Le problème est qu’il ne précise pas quand… Il a traversé un siècle et un millénaire et il n’a toujours pas encore compris que Cogolin a besoin d’une autre politique que la sienne !

REPUBLICAIN COUTE QUE COUTE
Vous rendez-vous compte qu’il chante et fait chanter la Marseillaise dorénavant à la fin de son meeting. Oh, je n’en reviens pas… L’émotion est trop forte… Patientez… Je vais prendre un remontant ! … Voilà, je suis de retour. Pfffff, tant de patriotisme… Ça me donne la chair de poule !
Entre parenthèses, JANUS se demande si c’est un pur hasard s’il a chanté et fait chanter la Marseillaise, alors qu’il ne l’a jamais fait, jamais !... heu… le hasard… Oui, ça doit être ça, un pur hasard ! Quoique d’aucuns appellent ça de l’opportunisme ou un copier-coller…

La chose paradoxale lors de cette soirée est que Pinocchio ou le gérant en sursis de Cogolin a rappelé à tour de bras les valeurs de notre chère République, ses principes et ses règles. Le même Pinocchio qui a supprimé sur le fronton de la mairie la devise républicaine « Liberté, Égalité, Fraternité » dès son arrivée ! Ça ne s’invente pas !!!

Ce paradoxe incite à se demander comment peut-on croire en la sincérité du chant de la Marseillaise lorsqu’on a honte d’afficher « Liberté, Égalité, Fraternité » sur le mur de sa mairie !

En place depuis 19 ans, il en arrive à croire qu’il est chez lui et qu’il doit y rester… Tellement bien que même sa charmante épouse a pris pour habitude de se garer le samedi matin avec son véhicule personnel sur l'emplacement réservé à la police municipale pour remplir son panier de courses... Abus ? Non, privilège… Pourtant, il paraît qu’on a tordu le cou aux privilèges, il y a un peu plus de deux siècles… Oui, mais il y en a qui ont oublié leur cours d’Histoire de France !

MIMETISME
Le gérant en sursis de Cogolin doit, lorsqu'il regarde son adversaire en lice, se souvenir de sa campagne de 1995 et y trouver une forte ressemblance.
En effet, en 1995, il promettait de rétablir un juste équilibre dans la cité et de favoriser les Cogolinois (d'abord); il promettait de « bouter » les estrangers hors des murs afin que la ville soit plus claire; Il serait un vrai élu, proche du peuple, au quotidien qui écouterait, comprendrait et réaliserait tous les souhaits exprimés par les Cogolinois.
Le temps a passé, la jeunesse de l'esprit a fait place à la sagesse de l'âme (vous savez, cette sacré âme villageoise). Le temps a apporté ses réalisations (embellissement de la ville). Tiens, elle est tellement belle notre ville que même le Rassemblement Bleu Marine veut y faire son nid. Nous devrions en être fiers non?

TSUNAMI
La vague Bleu Marine laissera la place à un spectacle de désolation, identique à Fukushima... mais n'est-ce pas déjà le cas ?
Comment se fait-il qu'autant de Cogolinois aient exprimé leur « ras le bol » de la gestion clientéliste mise en place depuis des années?
Si les Cogolinois sont si bien dans leur commune, pourquoi expriment-ils un tel mécontentement ?

En politique comme pour beaucoup de choses, il faut un temps pour tout !

L'heure du changement a sans doute sonné...certes, on sait qui l'on a, on ne connait pas le suivant. Mais pour avoir essayé la méthode du gérant en sursis de Cogolin depuis 19 ans, un peu d'air frais ne ferait pas de mal sans doute...

Il y a tellement de mensonges et de contre vérités dans les propos tenus par Pinocchio, autrement dit le gérant en sursis de Cogolin, qu'aujourd'hui la confiance n'y est plus; C'est peut-être là et seulement là que réside la clé du score de dimanche

C’est vrai. En toute objectivité, si les problématiques sont bien cernées, JANUS n’est pas du tout persuadé de l’efficacité d’une bonne partie des propositions de la liste arrivée en pôle position. De la même façon, peu de personne critique de front la totalité du bilan du gérant sortant et peut-être lundi sorti. Donc, le désaveu (de 46 % en 2008, tomber à 26 % en 2014) se fait sur le personnage, sur la personne dans sa fonction, sur sa manière de privilégier sa caste, sur son manque de communication, sur sa déconnection avec le tissu social, commerçant, associatif, de sa ville dont il dit pourtant : être un enfant du païs !

Eh oui, la langue de bois n’est pas celle de Pinocchio mais celle du gérant qui ment comme lui !

À toutes fins utiles, entendre le message n’implique pas forcément d’écouter le message donc encore moins de savoir ni de pouvoir ni de vouloir y répondre !

2008-2014 était le mandat de trop. Sans l’aide des socialistes, le gérant aurait pu quitter en 2008 la maison mairie de Cogolin, la tête haute, avec l’estime de la population.
Si dimanche soir, comme semblerait le prédire la vox popoli, il quitte cette même maison mairie de Cogolin, il le fera avec le désaveu, la colère, la déception, le désenchantement, de la population cogolinoise !

Par ailleurs, Pinocchio devrait prendre des cours de psychologie appliquée. Un tel changement d’attitude, de contenu dans le discours, la Marseillaise que l’on ne chante pas habituellement, etc : ça sonne faux, archi faux ! Mr le gérant en sursis de Cogolin, il ne faut pas prendre les habitants de la ville que vous avez gérée durant 19 ans pour des … ce qu’ils ne sont pas !!! Ils savent très bien discerner ce qui relève d’un gérant qui reconnaît ses erreurs d’un Pinocchio qui tente de convaincre en désespoir de cause !


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum