COGOLIN FORUM

Une tribune libre pour un débat d’idées et de propositions sur quel Cogolin désirons-nous demain - agenda 21 - développement durable - circulation - bio-diversité ...

Qui se cache derrière JANUS?


COGOLINFORUM et JANUS c'est lui !


Retrouvez les grands thèmes de réflexion sur le site...  http://cogolinforum.free.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Bulletin n°3.9 JANUS scrute avant le scrutin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

janus


Admin
JANUS termine son périple scrutateur avec ce dernier thème de la liste des propositions de la liste « ensemble, retrouvons Cogolin ».

Le commentaire de JANUS est à la fin des propositions.

Programme communication, image et tourisme

Un constat

1/ une Image négative dans le Golfe et dans Cogolin même
Cette image est le fruit de plusieurs éléments :
historique :
Glo et ses logements sociaux pour les travailleurs du Golfe… concentration à Cogolin, au détriment d’une mixité sociale pour toutes les villes du Golfe! C’est ainsi qu’a démarré la construction de son image de « cité dortoir »
géographique :
Le centre-ville de Cogolin est excentré par rapport au bord de mer, son étendue géographique rend la ville « dispersée ». Cette « dispersion » n’a pas été résorbée au fil du temps par une politique urbaine cohérente et un travail de communication interne à la ville efficace. Cogolin, n’a pas pu asseoir une image de ville balnéaire comme celle des communes voisines. Cogolin à l’image d’une ville « dans les terres »
démographique :
Le Golfe de Saint-Tropez a vu sa population croitre du aux naissances, à l’augmentation des besoins en main d’œuvre (travailleurs saisonniers et à l’année), l’arrivée de résidents secondaires… Phénomène exacerbé à Cogolin par les lois successives sur le logement social, poursuite par la mairie actuelle de la politique initiée par Glo… Cogolin a pris au fil des années l’image d’une ville au style « populaire » peu prisé dans le Golfe
sociaux :
Cet élément est la conséquence des autres. En effet, la vocation de cité dortoir et de ville aux logements sociaux qui a été attribué à Cogolin au fil des décennies a engendré communautarisme issu de l’immigration défavorable à la mixité. Conséquence : au fil des années une partie des habitants vient par obligation et non par choix ce qui empêche l’implication et l’investissement dans la ville et contribue à colporter une image négative à l’extérieur. Cogolin est ainsi de venu la « cité du golfe » ou encore la « petite Marseille » dans la bouche même des Cogolinois.

2/ une Communication inadaptée
L’étude des outils de communication et du budget qui leur est attribué nous montre un décalage entre les moyens mis en place et ce qui est visible.
700 000 euros dans l’OTACC… des animations qui se réduisent et une fréquentation par les Cogolinois ou les touristes faible.
la promotion de la Culture et des Animations
Elle constitue une grande part du budget et des moyens mis en œuvre (4×3, catalogues, dépliants, prospectus…)
Elle a pour vocation d’attirer les visiteurs et ne parle donc pas aux Cogolinois. Pourtant, les Cogolinois doivent être ciblés (donc touchés par cette communication et les événements ainsi promus) puisqu’ils constituent les premiers ambassadeurs de la ville et de ce qui s’y passe.
Remarque : le travail de création d’une image de ville culturelle à Cogolin est ainsi réduit à néant puisque les Cogolinois se sentent exclus du processus de choix des animations et de la communication qui s’y rapporte. Ils ne véhiculent donc pas cette image à l’extérieur et l’extérieur reste sur l’image négative qu’il a de Cogolin.
la communication interne à la ville
Importante, elle semble délaissée.
Seul le magazine communal « les Cogolinois » est visible, mais il ne représente qu’un élément de ce que devrait être cette communication, et sans autre appui il perd de son impact
Il n’y a aucune procédure d’accueil des nouveaux arrivants (qu’il s’agisse de résidents permanents ou de nouveaux résidents secondaires)
il n’y a pas de comités de quartiers
il y a depuis 2008 les jeudis du maire mais les sujets sont imposés, et change à chaque fois ce qui ne permet pas une implication. Ils ne peuvent se substituer à un groupe de réflexion et d’action sur les thématiques qui intéressent les citoyens de Cogolin.
le site Internet existe mais n’est pas interactif et peu souvent mis à jour, bref concoure lui aussi à l’image négative de Cogolin.

3/ un Tourisme réduit
Ce premier constat est le résultat de l’étude du différentiel entre le potentiel et l’existant si l’on se réfère :
au taux d’occupation des lieux d’hébergement et de restauration : hôtels, chambres d’hôtes, locations, restaurants
au taux de fréquentation des lieux d’animation et des animations elles-mêmes : musée, lieux d’exposition, Marines…
La promotion de la ville
Cogolin souffre d’un déficit d’image et d’une concurrence exacerbée de son environnement. Ce type de communication est primordial pour attirer les visiteurs, les entreprises, une main d’œuvre qualifiée.
Aujourd’hui Cogolin vit sur la notoriété du Golfe mais n’a pas de politique de promotion extérieure.
Remarque : la structure qui s’occupe du tourisme, l’OTACC, a une double vocation le tourisme et la culture. Cela rend difficile la perception de son rôle, et a priori l’exécution de ses tâches, notamment au niveau de la promotion des lieux de tourisme de la ville. Un site va enfin être mis en ligne plus moderne, mais il ne peut se substituer au travail de relance, de référencement et de suivi du personnel dédié. Or, aujourd’hui ce personnel doit également assurer les animations. La dispersion ne permet pas l’excellence.
Des propositions
Élément clé du programme : l’image
L’élément principal de notre programme et de l’ensemble de nos actions est de changer l’image de Cogolin.
En effet, aujourd’hui, il faut retenir les habitants et leur fournir un emploi. Pour cela, il est indispensable d’être attractif pour les investisseurs, les entrepreneurs, les créateurs d’emplois. Il faut ouvrir la ville, être à l’écoute de son environnement et communiquer avec lui.

On passe d’une politique d’équipement à une politique de communication.
La ville doit constituer une entité, elle doit comporter une image fédératrice. Améliorer l’image de la ville doit permettre d’insuffler une dynamique qui poussera les habitants à s’impliquer dans leur ville, à se l’approprier.
Comment ?

1/ Un véritable plan de communication de la ville
Notre lieu d’habitation, au même titre que notre profession, nous donne un statut social. Dire que l’on habite à Cogolin ou dire que l’on habite à Grimaud n’est pas sans conséquence.
Vivre dans une ville qui est perçue comme une ville dortoir, une ville sale, une ville où l’on se sent en insécurité…dans laquelle on n’aimerait pas aller habiter est très dévalorisant, cette situation allant même jusqu’à créer chez certains habitants un sentiment de honte.
La volonté de montrer que «chez nous, c’est bien » fait partie pour les habitants d’une ville, d’un besoin légitime de reconnaissance et d’estime, aussi fondamental que de se nourrir.
Mise en place d’une relation avec l’équipe municipale
les conseils municipaux seront retransmis en direct par webcam sur le site
les élus créeront une commission en fonction de leur attribution avec les Cogolinois concernés qui se réunira de façon bimestrielle ex.: commission parents (élu à l’Enseignement-Petite Enfance + élus associations parents d’élèves, directeurs de crèches, écoles,…) commission acteurs économiques (élu au développement économique + élus association commerçants, artisans, chefs d’entreprises…)
mise en place de comités de quartiers, RDV mensuel dans lesquels interviendra le maire ou l’élu concerné
Mise en place d’une communication interactive et multi-supports sur la ville
un site Internet modernisé associé à une plateforme extranet dédiée aux Cogolinois pour accéder plus facilement aux informations les concernant
une version numérique de « les Cogolinois » avec des photos téléchargeables en ligne (cf site extranet), la possibilité de faire vivre le support à l’année, en soumettant des articles et réagissant aux articles parus une application pour relayer l’information sur les animations, actualités culturelles, sportives… pour les plus jeunes des panneaux Plasma, pour la ville et ses commerçants.
Mise en place d’un processus accueil des nouveaux arrivants :
un RDV en mairie avec un élu, la remise d’une pochette avec tout ce qu’ils doivent savoir (mairie, écoles, association, dossiers inscription…),
une fiche d’information complétée pour savoir qui ils sont, leurs professions… et ainsi mieux les intégrer notamment avec la nomination d’un parrain (un/e Cogolinois/e deviendra son référent en cas de besoin, il sera aussi son lien pour rencontrer la communauté et ainsi bien vivre son arrivée, sortir…)

2/ Exporter la ville
Bien sûr, l’idéal serait de faire venir les personnes de l’extérieur dans la ville. Or, cet objectif ne peut être obtenu que dans un second temps. En effet, tant que les habitants du Golfe et autres visiteurs ont un a priori trop défavorable sur la ville, ils n’y viendront pas, quels que soient les efforts engagés. Il est donc nécessaire d’engager des actions à court terme et à moyen terme, pour « exporter la ville ».
Il s’agit de mettre en avant ses atouts (situation géographique privilégiée, ville pratique, ville dynamique, environnement de qualité), saisir toutes les occasions pour parler d’elle :
représenter la ville dans les manifestations extérieures (salons, congrès…),
développer les contacts avec la presse (constitution de dossiers de presse sur l’histoire de la ville, ses événements…), faire un audiovisuel pour présenter la ville à l’extérieur (entrepreneurs, pouvoirs publics, presse…).
Pour que l’impact de ses actions soit bon, il importe qu’elles soient basées sur une réelle amélioration de la ville et en particulier de la vie sociale (c’est-à-dire l’ensemble des actions contenues dans notre programme notamment sur la sécurité, l’urbanisme et l’environnement.)

3/ Faire venir !
Enfin, dans un second temps, il est nécessaire pour changer l’image de la ville de faire venir des habitants de la région non-résidents dans la ville. Cet objectif nécessite deux types d’action :
créer des événements : festival, colloque, quinzaine commerciale…
lancer une campagne de publicité de la ville.
Les habitants du Golfe sont pour nous à la fois des clients et des ambassadeurs. Une fois convaincus ils viendront se promener à Cogolin et enverront leurs relations/visiteurs.
Un film publicitaire sur Cogolin sur grand écran au Carré Gaumont (qui par la suite, en fonction des budgets dégagés pourrait également être diffusé plus largement) une fête des voisins grandeur Nature, organisée par Cogolin (sa mairie, ses associations) qui inviterait donc les habitants (équipe municipale, associations… ) pour une grande réunion avant saison!
Une communication soutenue, intelligente et suivie sur l’ensemble des animations proposées par l’équipe Animation : distribution de flyer sur les parkings de la plage, des centres villes, des surfaces commerciales… (Selon les saisons) un crieur public sur le marché du samedi et du mercredi qui donnera les informations sur l’actualité, l’animation de la semaine

4/ Se réapproprier le Tourisme
L’OTACC sera remis à plat en terme de fonctionnement :
Une nouvelle répartition se fera entre le pôle Culture et le pôle Tourisme
les personnels dédiés et formés (langues, informatique…)
les actions encadrées, mesurées et optimisées
La Culture est dédiée à l’ensemble des publics, le Tourisme aux touristes.
Pour valider l’ensemble de ce travail, une série d’entretiens a été menée auprès de Cogolinois (professionnels du tourisme, entreprises et habitants) et auprès d’habitants du Golfe.

JANUS :

C’est le seul thème avec lequel JANUS est pratiquement d’accord avec tout!

JANUS a écrit de nombreux articles en concordance avec ces propositions.

Par rapport à la ville dortoir, je vous invite à relire ceux –ci :

(sept 2012) Dans immobilier, il y a immobile!
http://cogolinforum.free.fr/cogolin_quelle_ville_pour_demain_18.pdf

(sept 2012) Cogolin, ville dortoir?
http://cogolinforum.free.fr/cogolin_quelle_ville_pour_demain_19.pdf

(oct 2012) La responsabilité des maires dans l'évolution de l'urbanisme
http://cogolinforum.free.fr/cogolin_quelle_ville_pour_demain_20.pdf

(janv 2013) vraiment à lire JANUS dénonce la myopie de nos élus du Golfe
http://cogolinforum.free.fr/cogolin_intercommunalite_06.pdf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum